aucun commentaire pour l'instant

Charte du cabinet dentaire écologique Odenth

CHARTE DU CABINET DENTAIRE ECOLOGIQUE

ÉLABORÉE PAR LE CONSEIL D’ADMINISTRATION D’ODENTH

Être membre d’ODENTH, au-delà des divers privilèges que vous donnent votre adhésion, est un engagement dans un mouvement écoresponsable.
Vous trouverez ci-dessous, les différents postes du cabinet dans lesquels vous pourriez améliorer votre empreinte écologique.

• Une équipe bien organisée

minimise le stress. Améliorer les protocoles d’organisation. Cette écologie humaine est bénéfique pour la santé, pour le bien être, pour le moral. Économie de frais de santé et de médicaments polluants déversés dans la nature.

• Une bonne gestion du cahier de rendez-vous

évite les erreurs qui font perdre du temps, de l’argent et de l’énergie autant à l’équipe dentaire qu’aux patients.

• Un plan de traitement bien structuré,

avec des rendez-vous longs (1 à 3H) est une des grande clé anti-gaspi du cabinet. Moins de déchets (gants, plateaux, serviettes) avec 10 patients par jour que 35 ! Moins de déplacements pour les patients (temps et frais de transports), moins de stress, car le bien-être au travail fait aussi partie de l’écologie. Avec pour corollaire, plus de travail productif donc augmentation des bénéfices.

• Des protocoles opératoires écrits et respectés,

actualisés régulièrement en fonction de l’évolution des techniques, de l’amélioration de la qualité. Cela évite le gaspillage de matériels et de matériaux, les achats inutiles, permet de regrouper les commandes, ce qui diminue les frais de port et les transports polluants.

• Privilégier les produits « green »,

les jetables biodégradables, les matériaux biocompatibles sans toxiques. Faire la chasse au plastique, pour vos plateaux et gobelets, préférer le métal ou le papier. Il existe des pompes à salive en plastique recyclé. Les emballages de sté en papier et polyethylène sont remplacés par des gaines réutilisables de tissu non tissé (Reusable infection control barrier). Les contrôles de bon fonctionnement des autoclaves sont effectués au moyen d’une sonde électronique au lieu des tests papier. Les empreintes sont numériques, gain de produit, plus de modèles en plâtre et gain de place. Les produits d’entretien bio, les produits de stérilisation bio, se mettre à la recherche des écolabels, fabriqués localement (prothèses françaises), acheter « responsable », utiliser des recharges recyclables. Si le stockage est possible, acheter en grande quantité.

• Éviter les polluants :

Ne plus utiliser les amalgames contenant du mercure (séparateurs d’amalgames obligatoires depuis le 30 mars 1998, le mercure est règlementé classe 8 : déchets à risque chimico toxique !), les prothèses en nickel chrome, les composites et produits qui relarguent des perturbateurs endocriniens. Faire des radios numériques pour ne plus utiliser de révélateur et fixateur très polluants (encore 10% les utilisent). Choisir des produits de décontamination et désinfection non toxiques. Éliminer dans la mesure du possible tous les produits ayant des effets secondaires sur la santé. Prescrire des médecines naturelles. Choisir des sociétés de nettoyage utilisant des produits bios.

• Le plomb :

La législation ne tardera pas à cataloguer le plomb au même titre que l’amiante, puis à imposer des plaques de BA13 (agrées VERITAS, plâtre, carton et baryum) qui isolent 4 fois plus des radiations que le plomb.

• Economie d’énergie :

éteindre tous les appareils en veille le soir avant de partir, mettre des luminaires à détecteurs de présence dans les couloirs, choisir des équipements à faible consommation d’énergie (LED), utiliser de manière économe chauffage et climatisation, optimiser l’isolation du cabinet, mise à la norme BBC et choisir des énergies renouvelables. Interrupteurs minuteurs, interrupteur général peuvent bien faire diminuer la note d’électricité.

• Economie d’eau :

apprendre aux patients à fermer le robinet d’eau pendant le brossage dentaire, il est inutile de mouiller sa brosse à dents avant d’y mettre du dentifrice, se rincer avec un verre d’eau est plus économe que d’aller directement boire à la source du robinet. Utiliser des robinets photosensibles, des boutons demi-chasse d’eau aux toilettes. Faire installer un déminéralisateur au lieu d’acheter des bouteilles en plastique d’eau déminéralisée pour les stérilisateurs. Utiliser de l’eau filtrée pour alimenter les units, cela évite l’accumulation de calcaire dans les cordons qui, on le sait, ne sont pas réparables, donc jetés et remplacés par du neuf. Récupérer l’eau de pluie pour arroser les plantes.

• Limiter les déchets :

Sur blouses, sur-chaussures, champs opératoires et charlottes non jetables, fabriqués par une couturière du quartier, en tissu lavable. En salle de pose, cafetière à filtre plutôt que capsule jetable. Utiliser des gaines de sté réutilisables, dont chacune permet 200 stérilisations.

• Cabinet sans papier :

Privilégier les mails et SMS, numériser les dossiers papier, les radios, les ordonnances. Faire signer les devis au moyen d’une tablette numérique sécurisée.

• Recycler tout ce qui est recyclable.

Écrire sur les 2 faces d’une feuille avant de la jeter, les utiliser en brouillon. Utiliser les cartons à d’autres affectations. Faire du tri sélectif papier, plastique, alu, piles, coupants/aiguilles, déchets mercuriels (séparateurs d’amalgames). Pour les déjeuner sur place, penser au compost. Apporter les vieilles blouses aux containers « Relais ». Acheter des produits avec des emballages recyclables. Acheter d’occasion le matériel pour une seconde vie sur des sites tel que www.occasion-dentaire.com
Donner le matériel que vous n’utilisez plus à des associations humanitaires. Vous assurer du recyclage de vos anciens fauteuils (DEEE). Recyclage des métaux précieux et non précieux. Recyclage des brosses à dents et vieux tubes de dentifrice.

• Réduire vos émissions de C02

en utilisant pour vous et votre équipe transports en commun, marche, vélo, covoiturage. Pour les patients, en leur donnant des rendez-vous longs, vous diminuez le nombre de leurs déplacements. En regroupant vos commandes, une par mois plutôt qu’une par semaine pour limiter l’empreinte carbone. Faire ses achats chez un distributeur qui stocke en France plutôt qu’à l’étranger, limite les transports. Bien entretenir les climatisations.

• Radios dentaires :

Pour se protéger des radiations ionisantes, ne pas rester dans la pièce pendant le déclenchement du capteur. Porter un badge de contrôle des radiations. Mettre un tablier de plomb à nos patients à chaque prise de cliché, même si on sait que grâce aux appareils radiographiques numériques, le patient est irradié à minima.

• Horaires de travail aménagés

pour optimiser les déplacements. 35H sur 3jours et demi, plutôt que sur 5 jours.

• Formation et information

des patients et de l’équipe. Former ses patients à la prévention est le plus grand geste éco-responsable. Une bonne santé dentaire diminue l’impact polluant de l’industrie dentaire dans sa globalité et améliore la santé. Formation continue de l’équipe, prévenir les risques et les maladies professionnelles et les problèmes posturaux.

• Eco-construction :

si vous avez la chance de pouvoir maitriser la construction des murs du cabinet dentaire, choisir un architecte « bio » ! La géobiologie vous aidera à choisir l’emplacement idéal sur le terrain à bâtir, les matériaux de construction, écologiques, traités avec des produits sains. Troquer la laine de verre polluante contre la laine de coton. Mettre des films solaires sur les vitres pour économiser la climatisation. Adoptons la climatisation réversible, Décoration avec peintures et revêtements écologiques. Lumières basse consommation. Aménagement du cabinet dentaire (position du fauteuil, du bureau, des miroirs, choix des couleurs, des formes et symboles, etc.), selon les règles du Fung Shui pour favoriser une bonne circulation de l’énergie dans le cabinet dentaire.

• Protection des ondes :

Mise à la terre de tout le circuit électrique du cabinet, blinder les câbles électriques. Réduire les pollutions électriques du réseau. Dans la mesure du possible, raccorder tout le réseau informatique à internet en filaire, pour n’utiliser ni le wifi ni le CPL, sinon positionner la source de wifi le plus loin possible du poste de travail de l’équipe soignante mais aussi de la secrétaire.

En conclusion,

utilisons le grand pouvoir dont nous sommes détenteur en tant que consommateur en privilégiant les fabricants et distributeurs qui se mettent « au vert » et affichent des préoccupations écologiques.

 

Poster un commentaire

Vous devez accepter la politique de confidentialité  pour pouvoir poster des commentaires

> Consultez la politique de confidentialité 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


NOS PARTENAIRES

 

tarteaucitron.user.getplusId = 'ACCOUNT_ID'; (tarteaucitron.job = tarteaucitron.job || []).push('getplus');