aucun commentaire pour l'instant

Ethique et santé : Hippocrate réveille-toi, ils sont devenus fous !!!

Ethique et santé : déjà d’actualité du temps d’Hippocrate (460 av JC – 370 av JC). Ton enseignement est oublié alors que nous, dentistes diplômés, prêtons ton serment à la fin de nos études, soit devant nos maîtres, soit devant nos conseils départementaux de l’Ordre.

Que sont devenus les concepts naturels que tu nous as donnés ?

“Que l’aliment soit ton principal remède”

“Primum non nocere”

“Médecin, soigne-toi toi-même”

“En toute chose suis la nature”

“Si ton œil est malade, soigne ta tête mais ne néglige pas ton corps entier”

Des conseils diététiques pour prévenir carie, maladie parodontale et inflammation, c’est donc possible…

Veiller à ne pas introduire des produits toxiques dans la cavité buccale, cela répond bien à ce concept…

Une dentisterie naturelle, c’est donc conforme à Hippocrate.

 

En latin : home totes, tolle totum. En grec : antropos holos

ou encore “L’homme est formé de particules, des parties prises dans le tout : il est permis de comparer les grandes choses aux petites et les petites aux grandes”

Conception analogue à celle d’Hermès et de sa loi des correspondances (Docteur Paul Carton “L’essentiel de la doctrine Hippocrate”)

Tiens ! tiens ! Les dents ne seraient donc pas des clous plantés dans des planches ?

Rappelons les cinq fondamentaux déjà présents chez Hippocrate :

L’humorisme : les sciences des humeurs qui supposaient soit de traiter les surcharges, les excès, les tonus, soit les carences mais aussi de soutenir la bonne circulation : cela ressemble à la médecine traditionnelle chinoise.

Le vitalisme : philosophie considérant que la force vitale intrinsèque (physis) est le siège du processus d’homéostasie et des processus d’auto-guérison.

L’hygiénisme correspond à la diata grecque (l’art de vivre en accord avec les lois de la nature et la prévention).

Le causalisme demeure la méthodologie en quête de la cause des troubles corporels d’origine psychologique et/ou environnementale.

L’approche holistique se retrouvait dans la conception globale hippocratique de l’homme (antropos holos).

L'équipe de France de football championne du monde en 1998 a été préparée pendant les trois ans précédant son titre pour optimiser ses performances par des soins dentaires (extractions, soins endodontiques, posturologie, implants. La santé bucco-dentaire a une action sur les performances du sportif de haut niveau mais aussi sur chaque individu.

 

Malgré les conseils du Dr Le Poivre en 1961 sur l’infection focale, il aura fallu plus de 40 ans de lutte pour que les médecins spécialistes prennent en compte l’état bucco-dentaire pour optimiser la réussite de leurs systèmes implantables. Il existe malheureusement aujourd’hui encore bien des implantologistes distingués qui implantent dans des sites proches de granulomes ou de kystes et s’étonnent de leurs échecs implantaires.

La prise en compte de l’électromagnétisme buccal, des pathologies dérivées de présence des métaux lourds, des perturbateurs endocriniens, nous permet de pouvoir prendre en charge des patients electro-sensibles ou chimico-sensibles pour les amener progressivement vers un état de vie proche de la normale.

Ne pas traiter Paul, Jacques ou Virginie avec les mêmes outils, les mêmes matériaux compte tenu de leurs sensibilités, est-ce une dérive ou un discernement dans la volonté de respecter la biocompatibilité individuelle ?

Ne pas être des praticiens grégaires mais des praticiens de santé conscients qui souhaitent améliorer la santé bucco-dentaire de leurs patients en veillant à ce que cela n’entame pas leur santé générale.

Etre des lanceurs d’alerte sur d’anciens matériaux comme sur les nouveaux contenant des perturbateurs endocriniens ou des nanoparticules, cela engage notre responsabilité d’homme face au devenir sanitaire de nos patients.

Oui nous considérons, comme Hippocrate, que si nous améliorons la santé bucco-dentaire de nos patients, leur santé générale va s’améliorer.

Oui nous respectons les règles d’hygiène, de stérilisation, de traçabilité des matériaux depuis de nombreuses années pour avoir l’exigence d’une dentisterie biologique de qualité.

Chaque patient est unique et doit recevoir des soins de qualité adaptés à sa sensibilité, à sa biocompatibilité et pour cela nous sommes formés et nous nous remettons en question à chaque instant en utilisant des outils alternatifs complémentaires.

Nous ne sommes pas engoncés dans des certitudes qui conduisent les populations dans des voies de garage sanitaire.

Dans l’organisme humain, comme dans l’univers, il n’existe pas d’effet sans cause.

Hippocrate intègre l’être humain à la biosphère et dans notre pratique nous faisons de même.

La médecine aujourd’hui s’est développée autour d’experts cardiologues, ORL, allergologue, dermatologue ou dentiste. Malheureusement, les interactions entre les organes ne sont plus jamais prises en compte : notre vocation est bien de pratiquer une dentisterie de qualité, mais en considérant nos patients dans leur globalité.

Alors si le mot “holistique” est devenu tabou aux yeux de certains de nos confrères et de notre Ordre professionnel, si le mot “énergétique” sent le soufre pour certains autres, si le terme “informative” n’est pas suffisamment développé ou explicite pour d’autres, alors…

Soyons fiers d’être des praticiens de la dentisterie hippocratique !

Le collectif métissé ANPHOS /ARGOS/ODENTH

Poster un commentaire

Vous devez accepter la politique de confidentialité  pour pouvoir poster des commentaires

> Consultez la politique de confidentialité 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


NOS PARTENAIRES

 

tarteaucitron.user.getplusId = 'ACCOUNT_ID'; (tarteaucitron.job = tarteaucitron.job || []).push('getplus');