2

Les champignons organiques vitaux

Le renouveau de la pharmacopée mondiale au cours de ce siècle

Par Stéphane Clody

Les cliniciens, médecins, biologistes, naturopathes parlent même d’une révolution médicinale non-verte. Les champignons sont des êtres vivants à part, ils ne sont ni dans le règne animal, ni dans le règne végétal, un règne à part les Fungis.

Dans le monde entier, on étudie aujourd’hui leurs propriétés médicinales en particulier dans les pathologies dégénératives, oncologie et immunitaire. Ces petits êtres ont été longtemps associé au pratique de sorcellerie. Et pourtant l’utilisation à des fins thérapeutiques ne datent pas d’hier. De Otzïe à la Médecine Traditionnelle Chinoise, l’utilisation des champignons faisait partie intégrante de l’usage pour le soin thérapeutique .
De la découverte du Dr Fleming, pour la découverte de la pénicilline, la cyclosporine, des statines et aujourd’hui dans la synthèse de certaines molécules comme le Polypore Versicolore (Coriolus) ou Lentinula Edodes (Shiitaké), la science moderne nous démontre que cette médecine empirique à toute sa place aujourd’hui dans notre approche scientifique pour un accompagnement globale du patient.

Comment classer les champignons ?

Ce sont des êtres dépourvus de chlorophylle, plutôt proche des insectes et des crustacés puisque leurs parois cellulaires contiennent comme eux de la Chitine.
Dans leur écosystème, les champignons ont un grand rôle, car intimement liés au cycle de vie de tous les êtres vivants, se nourrissent par le recyclage des matières en décomposition (colonisation par le mycélium) que se soit par symbiose, par saprophytisme, ou par parasitisme.Ils sont contraints de combattre toutes sortes de pathogènes, et sont donc tout à fait habiles pour filtrer et expulser les matières chimiques et tous contaminants indésirables.

En thérapeutique, ils auront le même rôle, d’où l’importance de bien connaitre la provenance du complément alimentaire à base de champignons.

La qualité des champignons

Il est primordiale de bien connaitre la qualité des champignons proposés. (Mode de culture, substrat, le mode de transformation, et le stockage…
Un champignon possède de nombreuses propriétés communes (action nutritionnel, détoxinante et modulante).

La composition

Riche en minéraux, vitamines, antioxydants, acides gras essentiels, acides aminés, les champignons ont un grand rôle pour la nutrition, la micronutrition, mais surtout leur action sur la catalyse enzymatique.
De nombreuses enzymes sont présentes (dans le mycélium, dans le sporophore) d’où l’intérêt d’utiliser l’ensemble du champignon, le totum.

Des glycoprotéines (polysaccharides, alpha glucane, béta-glucane…) sont responsables des propriétés immunorégulatrices, de l’activation du système immunitaire, et d’augmenter l’activité des macrophages et des cellules NK. Ils ont aussi une activité antitumorale, par un effet protecteur contre les agents génotoxiques.

Les champignons organiques vitaux peuvent initier un processus de carcinogenèse.
Nous retrouvons aussi dans la composition de certains mycètes, des triterpènes, du lentinan, Psp
(Coriolan), du Psk (Krestin), de l’adénosine,, de l’ergosterol, ergocacilferol, des constituants nutritionnels et des composants actifs importants et reconnus qui contribuent à l’explication des différents mécanismes d’actions des champignons organiques vitaux.

Les différents axes thérapeutiques

Les champignons organiques sont utilisés individuellement selon le système d’organes affaibli et prennent une place de plus en plus importante dans le secteur du traitement immunitaire, des maladies du cancer, en cas d’allergies et contre des processus inflammatoires dans le tractus gastro-intestinal (gastrite, la maladie de Crohn, colite ulcéreuse).

Le traitement par les champignons organiques peut influencer positivement le syndrome métabolique en association avec l’obésité, le cholestérol, le diabète, la goutte…

Les champignons organiques vitaux regroupent plusieurs disciplines, c’est autant de la nutrithérapie, de la phytothérapie, que de l’homéopathie.
Ils sont très intéressants dans l’accompagnement en parodontologie, avant, pendant et après une intervention, c’est un traitement idéal pour préparer le terrain du patient sans effet secondaire.

Il est important de soutenir le système immunitaire et le microbiote du patient.
Grâce à leurs différents mécanismes d’actions, les champignons organiques vitaux ont un rôle fondamental dans l’homéostasie et la modulation immunitaire, bactérienne, virale, mais pas uniquement.

Dans les maladies parodontales, les champignons seront utilisés pour diminuer la flore bactérienne et virale retrouvées dans les poches (HSV, CMV, EBV). Pour assainir les gencives, le Lentinus Edodes (Shiitaké) sera associé au Ganoderma Lucidum (Reishi) et au Polypore Versicolore (Coriolus).

Le shiitaké est très efficace pour la décontamination de surface, comme la plaque dentaire, en prévention mais aussi en curatif pour les traitements parodontales et des caries. Il a aussi en plus un effet sur l’acidose tissulaire.
Un autre champignon, très intéressant, validé par les études scientifiques, L’Hericium Erinaceus qui a cette capacité d’induire la synthèse de NGF. Cette synthèse du NGF permet d’augmenter l’os trabéculaire, et de stimuler les fibroblastes du ligament parodontal et les kératinocytes gingivaux.

L’inflammation provient essentiellement d’un syndrome métabolique incontrôlé associant stéatose hépatique et d’une multiplication de la flore pathogène, il est donc important de renforcer la flore buccale et intestinale.

L’usage de la mycothérapie possède plusieurs avantages, si bien-sûr nous traitons avec des champignons entiers réduits en poudre. (Sporophore, et mycélium).
L’accompagnement en mycothérapie est idéal pour soutenir des patients dans leur globalité, pour redonner force, équilibre et apaisement.

A ce jour 14 champignons organiques vitaux sont reconnus scientifiquement.

Par Stéphane Clody (responsable développement de MycoVital pour les pays francophones)

Commentaires (2)

  1. Répondre
    Bettina Roth says:

    Bonjour,
    Pouvez-vous me dire quel est le champignon recommandé pour les gingivites ?
    Bien cordialement,
    Bettina Rebert

    • Répondre
      Administrateur says:

      Chère Madame Rebert, Je vous remercie pour votre question. Nous recommandons la poudre de champignon entier de Shiitaké. Ce champignon possède des propriétés antibactériennes et des effets alcalinisants.
      Il est aussi conseiller dans la prévention des caries dentaires, dans le déchaussement des dents dus à la plaque dentaire (le nid de nombreuses bactéries).
      Récupérer la poudre de la gélule du Shiitake, masser avec le doigt bien propre et la langue directement sur les gencives. Il est important de beaucoup saliver, ne pas avaler.
      Cure de 3 semaines , à raison de 2 fois par jour avant le brossage .
      Pour contribuer à assainir les gencives, en fonction du terrain du patient, nous recommandons d’associer en plus, le mélange de champignons entiers de Coriolus-Reishi.
      Nous conseillons de prendre 1 gélule 2 fois par jour pendant 1 à 2 mois en fonction de la typologie clinique.
      Bien à vous
      Stéphane Clody

Poster un commentaire

Vous devez accepter la politique de confidentialité  pour pouvoir poster des commentaires

> Consultez la politique de confidentialité 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


NOS PARTENAIRES

 

tarteaucitron.user.getplusId = 'ACCOUNT_ID'; (tarteaucitron.job = tarteaucitron.job || []).push('getplus');