aucun commentaire pour l'instant

Les ondes scalaires pour fabriquer des remèdes spécifiques ?

Origine des ondes scalaires

On peut se poser maintes questions au sujet des ondes scalaires, car l’explication de leurs découvertes, de leurs fonctionnements, et de leurs actions thérapeutiques n’est pas mince affaire. Prenons les choses par le début.

Nikola Tesla

Nikola Tesla

C’est Nikola Tesla (inventeur et ingénieur) qui le premier a mis en évidence l’existence d’un rayonnement parallèle au rayonnement lumineux électro magnétique, qui ne serait justement pas électromagnétique.

Tout au long de sa vie tumultueuse, Nikola Tesla construit plusieurs générateurs. Rappelons que N. Tesla déposa quelques 700 brevets durant sa carrière tant en Amérique qu’en Russie. Les édiles de la République Serbe, sa patrie, (bien qu’il soit né en Croatie en 1856) ne croyaient pas en ses travaux.

 

Application des ondes scalaires en médecine dentaire

Consultez au sein de notre documenthèque les applications connues des ondes scalaires en médecine dentaire :

Application des ondes scalaires en médecine dentaire

Téléchargez les applications des ondes scalaires en médecine dentaire (pdf)

 

Il est néanmoins connu pour avoir su mettre en pratique la découverte du caractère ondulatoire de l’électromagnétisme théorisé par James Clerk Maxwell en 1864, en utilisant les fréquences propres des composants des circuits électriques afin de maximiser leur rendement.

Tesla était avant tout un humaniste qui souhaitait que l’électricité soit gratuite (il inventa une lampe « haute fréquence » à pastille de carbone très économique).

La suite de l’histoire passe par Wolfgang Pauli qui mit en évidence la structure des neutrinos en 1930. Pour rappel, un neutrino est une particule élémentaire (comme l’électron) qui nous traverse à raison de 60MM / cm2/ sec.

La liaison entre les neutrinos et les ondes scalaires est tout simplement ce que l’on constate en mécanique quantique (voir l’expérience de la double fente avec les électrons) à savoir que l’état quantique est à la fois ondulatoire et corpusculaire.

La création des neutrinos est possible grâce à la désintégration béta qui génère un électron et un neutrino (il s’agit de la radioactivité simple que l’on trouve également dans les plantes).

Le générateur de champ scalaire (Scalar Wave Device) du Professeur K. Meyl

Pr. K. Meyl

Le dernier personnage fondamental de cette histoire est le Professeur Konstantin Meyl qui a construit un kit de démonstration du rayonnement scalaire à la fin des années 90 qui est à même de démontrer de manière reproductible et constante d’une part l’existence des ondes scalaires et d’autre part, leur transmission à distance dans l’air avec un rendement surunitaire (supérieur à la “constante” C = vitesse de la lumière dans le vide soit 300 000 km/sec) puis un générateur d’ondes scalaires applicable directement à la médecine.
 Le principe est toujours le même : il s’agit de placer face à face 2 antennes sphériques qui sont reliées chacune à une bobine de Tesla plate, lesquelles sont en liaison par leur base.

 

C’est en France que le Docteur Médecin Vétérinaire Hervé Janecek avec son collaborateur Sébastien Perrote ont développé l’enseignement, le suivi et la commercialisation des générateurs SWD du Prof Meyl.

Dr H. Janecek

Ces appareils de grande qualité vont permettre aux praticiens qui les utilisent et qui sont bien formés à la technique, d’appliquer les ondes scalaires dans de nombreux domaines de la médecine.

Compléments intéressants de la médecine homéopathique et de la médecine en général, ils vont également permettre la réalisation de remèdes personnalisés, au moyen de l’antenne Lakovsky située sur le dessus du récepteur et qui est apte à recevoir un support quelconque comme des tubes de granules, des gouttes, etc…

Les propriétés surunitaires des ondes scalaires (OS)

D’autres appareils existent, parfaitement complémentaires à la technique du SWD : les Spooky. Ce terme signifiant «étrange» a été cité pour la première fois par Albert Einstein qui se posait alors des questions sur les capacités des ondes scalaires.
 En effet, comme vu précédemment, les OS ont des propriétés surunitaires c’est-à-dire qu’elles ont plus de puissance à l’arrivée (récepteur) qu’au départ (émetteur).

De nombreux physiciens on tenté avec plus ou moins de succès d’expliquer ce phénomène. Selon la théorie du Prof Meyl, c’est la première partie de la troisième équation de Maxwell (il y a 4 équations de Maxwell qui résument la mécanique quantique) qui a toujours été considérée comme nulle, et qui selon lui serait variable et générerait des ondes scalaires et donc des neutrinos, des éléments quantiques se déplaçant plus vite que les photons et donc que les ondes électromagnétiques (de 1,5 à 12 fois).

Ce que l’on sait, c’est que les ondes scalaires se déplacent longitudinalement en vortex, ce qui n’est pas sans rappeler une structure que nous connaissons bien : la double chaîne d’ADN.

Ainsi, comme l’avait pressenti il y a fort longtemps Lakovsky avec ses études sur le papillon (le mâle émettant une onde captée par la femelle et ce, en fonction de la longueur d’antenne réceptrice – en l’occurrence son ADN), les ondes scalaires peuvent permettre d’envoyer un message thérapeutique à distance.

On retrouve cette possibilité dans tous les générateurs d’ondes scalaires ajoutés avec efficacité au SWD du Prof Meyl, créant ainsi une modulation de fréquence sur une « porteuse » existante générée par le SWD.

Il existe 32 000 possibilités de traitement par les fréquences scalaires sur un générateur comme par exemple le Spooky2.

Les ondes scalaires vont également permettre, comme dit plus haut, de « fabriquer » des remèdes spécifiques au moyen de codes déterminés à l’avance en fonction des principes oscillatoires des machines qui les fabriquent. Ces codes sont en fait la représentation des fréquences.

Ainsi, par exemple, le Sulis Remedy Maker permet de fabriquer des remèdes homéopathiques (en X, CH et même en K) sur n’importe quel support ou de les envoyer à distance. 
Ces types d’appareils ont été nommés à tort « radionique » ce qui dessert leurs utilisations. Désormais, fort heureusement, la science rejoint la technique pour l’expliciter de façon rationnelle.

 

En savoir plus sur les ondes scalaires

En conclusion, je vous invite à vous « aventurer » dans le monde merveilleux des ondes scalaires.
 Dans un premier temps, visitez le site : www.lecorps-hologramme.fr pourra vous permettre d’aller plus avant dans vos réflexions. C’est un site très sérieux.

Il existe aussi désormais un site en français : www.spooky2.fr qui présente et explicite également le rôle des ondes scalaires (il est peut être un peu « commercial »).

Pour ceux qui parmi vous sont familiers avec la langue de Shakespeare, le site du prof Meyl est très intéressant : www.meyl.eu

Enfin, le site du SRM générateur de remèdes homéopathiques qui est aussi en anglais : www.sulisinstruments.com

Il n’y a pas de miracle, il y a une réalité physique pas encore totalement expliquée (les physiciens y travaillent), et comme l’a dit l’un de vous lors de ma mini-conférence à Paris, on peut difficilement expliquer l’homéopathie par la chimie.

Docteur Samuel Debard
Médecin dentiste Heilpraktiker

 

Références :

Téléchargez les applications des ondes scalaires en médecine dentaire (pdf)

 

Poster un commentaire

Vous devez accepter la politique de confidentialité  pour pouvoir poster des commentaires

> Consultez la politique de confidentialité 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


NOS PARTENAIRES

 

tarteaucitron.user.getplusId = 'ACCOUNT_ID'; (tarteaucitron.job = tarteaucitron.job || []).push('getplus');