3

Réflexion sur la notion d’ADN-ARNm dans leur symbolisme

Ce virus qui rend fou !

Bernard-Henry Lévy, dans son livre « ce virus qui rend fou » écrit ceci :

« Une épidémie est toujours un phénomène social, en même temps qu’un désastre sanitaire. Que nous dit donc cette épidémie-ci de la société qui est la nôtre ? Que nous révèle-t-elle de son rapport au mal, au tragique, et à la mort ? Un virus est-il un message ? Un agent de la providence et de l’histoire ? »

Comment expliquer en terme simple ce qu’est un noyau, contenant notre patrimoine génétique à nos patients ou à nos enfants ?

Notre histoire familiale est écrite dans la bibliothèque d’un noyau cellulaire sous forme d’ADN. L’ADN, c’est donc notre histoire, écrite sous forme de protéines à longues chaines. Notre ADN est passif, il est non sécrétant, n’émet pas de signaux sous forme métabolique. Nos parents nous ont légués cette immunité, ce livre personnel, fait d’histoire ancienne, d’hérédité familiale et d’histoire récente, qui sont des pages blanches à écrire, au fil des vécus de nos expériences personnelles.

Nous enrichissons ainsi notre bibliothèque au fil des générations, et transmettons à nos enfants ce patrimoine si riche et si personnel. C’est ainsi que l’ADN emmagasine les informations et augmente sa capacité de stockage grâce à nos vécus.

Un ARNm est juste un petit morceau de protéine qui va chercher une bribe de phrase dans un livre de la bibliothèque. Cela veut dire que l’ARNm envoie des informations dans notre ADN, par sécrétion enzymatique. Il est sécrétant, transporte une information, et prend un peu de nous-même. Il va nous faire évoluer et on l’inscrit dans notre histoire, notre ADN. Cet ARNm apporte ainsi l’information qu’il a lu dans l’ADN à un destinataire cellulaire ou extracellulaire qu’on appelle cible.

Qu’est-ce que le vaccin à ARNm ?

Le fameux vaccin à ARNm correspond donc à une modification génétique d’une bribe protéinée du messager génétique et peut être assimilé aux OGM. Il y a donc risque de modification des informations, larguées par son métabolisme, sur son chemin, avant d’atteindre sa cible.

Ce vaccin n’a jamais été expérimenté sur l’animal et cette méthode est seulement autorisée depuis la covid 19.

Il est dit non toxique, car cet ARNm est détruit par sa cible après avoir donné son information. Ce qu’on ne sait pas c’est quel type d’information il laisse dans notre bibliothèque personnelle et qu’est-ce qu’il a changé comme information dans notre ADN ?

L’humanité a toujours vécu avec les virus. De la peste noire au Covid-19 en passant par la grippe espagnole ou Ebola, nos sociétés ont souvent été traversées par des crises sanitaires. Et cela nous a fait évoluer.

Comme l’enfant, après 7 ans, qui fait l’expérience des autres, en allant à l’extérieur, à la rencontre du monde. Chez les protestants, le baptême se fait à 7 ans, âge où il a fini la connaissance de SOI. Il est alors autorisé à aller voir les autres.

A 7 ans, c’est la mise en route des défenses spécifiques, avec les notions d’antigènes d’anticorps, la fabrication du MOI immunitaire. Ce MOI doit être costaud, et permettre à l’enfant d’apprendre « qui il est par rapport aux autres ».

Les microbes sont les plus grands alliés de la croissance de l’enfant. Sans eux, pas de personnalité, pas de croissance, pas d’identité. « C’est en apprenant à me confronter à de petits adversaires, puis à d’autres de plus en plus forts, que je forge QUI je suis ».

« Un enfant doit globalement faire quelques dizaines de maladies pour apprendre à être » disaient les anciens.

Chaque confrontation microbienne apprend une nouvelle capacité à l’être humain. Mieux encore, si le code du microbe est meilleur que le nôtre, il entre dans notre ADN et devient partie de notre code. Il y a ainsi environ 8% d’ADN microbien dans nos chromosomes. Le microbe est symbole de transformation et « lutter contre » est symbole de la peur d’évolution.

Ce virus est un révélateur, pour nous aider à cheminer, à grandir et à évoluer, sortir de notre zone de confort. On nous a offert du temps pendant le confinement pour réfléchir à ce qu’on veut et ce qu’on ne veut plus. Il est temps de trier, de changer, et d’évoluer.

Nous sommes seul, face à nous même, sur ce chemin de l’accomplissement personnel. A nous de nous reconnecter à notre identité profonde, à travers nos sens, nos désirs, nos choix, nos souffrances et nos guérisons.

L’immunité : un rempart oublié

Un bon système immunitaire SI permet la construction de notre identité. « En nous confrontant aux autres, on se construit. » Nous évoluons psychologiquement avec et grâce à notre système immunitaire, et donc par nos intestins.

Le système intestinal, c’est le cerveau du ventre. Il est au centre de 3 systèmes, qui vont présider à la mise en place de notre identité. Ces 3 systèmes sont intimement liés, et si un de ces systèmes est touché, les 3 autres seront perturbés.

 

On traite toujours le système intestinal en premier, en cas de pathologie.

Le microbiote intestinal est composé de 100 000 milliards de micro-organismes, représentant 1 à 2 kg dans le tube digestif. Un microbiote équilibré, en bonne santé nous assure l’effet barrière, une bonne immunité, une motricité colique, un bon métabolisme, un effet neuro-sensitif et protège contre les cancers. Un déséquilibre à ce niveau peut occasionner des diarrhées, allergies, obésité, troubles fonctionnels des intestins, infarctus, MAI, cancers.

Le système immunitaire SI est le système de défense de notre corps.

Nous avons deux phases de maturation du SI :

  1. Maturation défense naturelle non spécifique de 0 à 18 mois :
    C’est la période où l’enfant apprend à faire connaissance avec les bactéries, les virus, parasites. C’est une période d’apprentissage et développe la notion de TERRAIN.
    A ce stade, il doit savoir faire de la température, indice de bonne santé. La fièvre fait transpirer et favorise l’élimination des toxines par les émonctoires.
    C’est une défense non spécifique car sans mémoire.Notre armée de défense est composé :
    – De polynucléaires
    : ce sont nos éboueurs, nos kamikazes de base, nos soldats de 1è ligne
    – Des monocytes, macrophages : ce sont nos capitaines qui envoient les informations à l’officier supérieur (cytokine) disant « on est attaqué et on a besoin de renfort
    – Natural killer qui a un rôle anti viral et anti tumoral : c’est notre commando qui vit sans ordre
    – C3, C4 sont les protéines de l’inflammation, sécrétées par le foie. En cas d’attaque, c’est C3 qui répond en premier car stockée dans le foie, puis C4 est fabriqué. C’est le « fusil » qu’on donne aux kamikazes pour nous défendre.
  2. De 18 mois à 7 ans, apprentissage de la défense spécifique, apprentissage du MOI immunitaire de son identité (système HLA). L’enfant va se différencier des autres, évoluer avec les maladies infantiles, apprendre « qui je suis par rapport aux autres »
    Les structures concernées par l’immunité spécifique sont le Thymus, les ganglions lymphatiques, GALT et BALT. Les cellules concernées sont les macrophages et les lymphocytes.
    3 types de lymphocytes entrent en jeu :
    – Lymphocytes B, qui produit un Anticorps adapté (Ig A,G,R,M et D). C’est le soldat, au contact de l’ennemi, qui utilise une arme spécifique.
    – Lymphocyte T : pas d’anticorps. Ce sont les soldats équipés de couteaux suisse. Il existe 3 sortes de Lymphocytes T : les Tc qui détruisent, les Th qui facilitent ou régulent (ce sont les renforts), les Ts qui suppriment.
    – Les Natural Killers sont les cellules tueuses, le « commando » qui tue tout le monde.

Le SI préserve l’intégrité, l’identité de l’organisme par rapport aux agressions externes (virus, bactéries, parasites) et internes (toxines).

En physique quantique, on dit que la lumière est de l’énergie congelée, matérialisée.

Un virus peut être considéré comme l’expression matérielle d’un rayon lumineux, qu’il est capable de transformer en chaine très courte d’ADN ou d’ARN. C’est un très petit codage, donc très réactif.

Pour survivre, il a besoin de parasiter un hôte pour se dupliquer. Le but est d’échanger un codage génétique, d’emmagasiner les informations de l’hôte et d’augmenter ses propres informations. C’est ainsi que le virus change, s’informe et évolue, grâce à ces échanges et à ces informations lumières.

Le système viral est permissif pour l’évolution de l’homme et il faut éviter de lutter contre.

Les bactéries sont là pour nous construire. Le système immunitaire SI est très attaché aux bactéries. La bactérie est un être unicellulaire, sans noyau, donc sans histoire, sans mémoire.

Bactério, en grec, signifie « bâton de pèlerin ». Elle nous constitue. Nous avons plus de bactéries dans le corps que de cellules humaines.

Il existe un règne à part, ni animal, ni végétal : ce sont les champignons ou fungi. C’est un symbiotique, qui fait le lien entre les bactéries, les virus et les parasites. Ils nous apprennent à faire la symbiose entre les différentes plantes. En effet, le monde végétal a besoin de symbiose, d’association pour vivre. Ses associations sont en général partagées au niveau des racines grâce aux mycorrhises.

Ce sont des systèmes de fibre optique, qui aident à communiquer, comme dans nos systèmes informatiques.

On ne peut pas vivre sans fungi, car ils permettent la symbiose entre végétal et bactéries. Je vous laisse découvrir l’article de Stéphane Clody, qui va vous faire découvrir ce monde à part.

Le système endocrinien est celui qui est le plus lié à la lumière (origine de la vie).

Nous recevons la lumière par la peau et l’épiphyse. Cette glande pinéale sécrète la mélatonine la nuit. Cette mélatonine jouerait un rôle particulier dans la protection de l’ADN nucléaire et mitochondrial, ainsi que dans le SI, par l’information lumière.

En novembre 2020, 2 études préliminaires laissent penser que la mélatonine pourrait prévenir et/ou améliorer, notamment chez les sujets intubés, le traitement de la Covid 19.

Le système nerveux est lié à nos 5 organes des sens, qui emmagasinent les informations. Dès qu’on touche aux organes des sens, on touche au système nerveux.

L’olfaction est le premier organe terminé à 7 semaines in utéro. C’est le seul organe des sens qui est limbique, non cérébral. C’est le système archaïque le plus profond, responsable de réactions émotionnelles très rapide. Il est responsable de l’équilibre du système neurologique et a une action directe sur le SI.

L’utilisation des HE par olfaction permet de débloquer des barrages mentaux, émotionnels acquis dès le début de la vie, voire pendant la grossesse.

 

En conclusion, si nous respectons ce trépied, constitué de ces 3 systèmes, avec les intestins au centre de ce SI, nous allons privilégier un terrain plus fort et débloquer nos peurs face à ce virus.

Si nous associons la thérapeutique quantique avec les ondes scalaires ou la chromothérapie, nous allons agir sur le système endocrinien, grâce à l’apport de la lumière, et booster le mental avec ce bain lumineux.

Gandhi disait que le plus grand obstacle de la vie est la peur et la force la plus puissante est la Foi.

Ayons foi en notre SI. Je suis convaincue que plus nous allons pouvoir affiner notre thérapeutique, à savoir nos huiles essentielles, à un niveau vibratoire subtile, plus nous serons proche de la vibration de la lumière, et plus notre thérapeutique sera puissante et surtout atoxique.

Et la covid 19 ?

Après vous avoir planté le décor de notre SI, parlons un peu de la covid 19 :

C’est un virus à ARN, qui fait partie de la famille des Coronavirus (SARS). Cette « grippe 19 » atteint surtout les sujets âgés, dans notre monde dite « civilisé », avec une population vieillissante.

Nos pays occidentalisés, dits évolués consomment beaucoup de sucres, de sel. Notre alimentation est riche en additifs, pauvre en fibres, souvent pro-inflammatoire, avec appauvrissement de la flore intestinale de défense. Nous avons beaucoup de personnes diabétiques et obèses, plus fragiles aux infections virales. Notre population a aussi beaucoup de maladies pro-oxydantes, MAI, et terrain cancéreux.

Face à cette pandémie, nous pouvons conseiller à nos patients une thérapeutique naturelle pour les aider à booster leur immunité.

  • Vitamines D et C. Des études récentes montrent une corrélation entre un taux sérique faible de vit D et la mortalité de la covid 19.
  • Oligothérapie : Zn, Cu, Mg
  • Phytothérapie : échinacée, propolis, astragale +++
  • Phytoembryothérapie : églantier, cassis, noyer, noisetier
  • Aromathérapie :

Sur l’immunité non spécifique : HE de saro, niaouli, ravintsara qui vont agir sur température et asthénie.

Les 2 HE majeures antivirales sont :

  • Saro : cinnamosma fragans avec 39% de 1.8cinéole (labo Astérale). Il est 10 fois plus antivirale que le ravensare, très protecteur et immunostimulant, anti-catarrhe.
  • Ravintsara : cinnamomum camphora Madagascar 55% 1.8 cinéole. Indications : ORL, bronchite, grippe, adénite, immunostimulante, anticatarrhe.

En cas d’atteintes neurologiques :

  • Le millepertuis va agir sur les séquelles traumatiques car il est cicatrisant.
  • Lavande stoechas (80% cétones), et vera (45% esters) : Action sédative, apaise et calme l’orthosympatique.
  • En cas de céphalées, l’HE de basilique exotique a une action antalgique, antispasmodique, hépatique, neurorégulateur (bulbe rachidien), muqueuse pulmonaire.
  • Agueusie et anosmie : HE manigette + HE hélichryse femelle (labo Astérale).
  • L’HE iary, très proche des conifères dans son odeur, est antiviral, cicatrisant, immunostimulant, oxygénant, et régénère la muqueuse pulmonaire. Donne une respiration ample et profonde. Expectorant, améliore la respiration. Par application cutanée, peut aider les enfants à développer une respiration plus ample.

 

Commentaires (3)

  1. Répondre
    michel ARTEIL says:

    BRAVO très bonne synthèse qui doit sortir les lecteurs des peurs qui se sont ancrées en nous à travers toutes les infos anxiogènes quotidiennes

  2. Répondre
    AUFRERE says:

    Merci pour cette belle reflexion….
    Puis je utiliser l’article en format papier pour répondre aux patients inquiets sur la vaccination?
    merci

    • Répondre
      De la Bernardie marie-astrid says:

      Coucou ! !!nous verrons nous en corse ? Je viens aussi avec Constance. ….bisous Marie Astrid

Poster un commentaire

Vous devez accepter la politique de confidentialité  pour pouvoir poster des commentaires

> Consultez la politique de confidentialité 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


NOS PARTENAIRES

 

Livre blanc Odenth
tarteaucitron.user.getplusId = 'ACCOUNT_ID'; (tarteaucitron.job = tarteaucitron.job || []).push('getplus');